Nous continuons à descendre vers le sud et la Patagonie. Un petit arrêt dans la ville de Temuco, juste le temps de manger notre sandwich favori, la spécialité du pays, un completo. En fait c'est un hot dog avec des tomates, des avocats écrasés et de la mayonnaise. Notre route se poursuit jusqu'à Pucon dans la région de l'Araucanie. C'est une région de fleuves, de lacs, de volcans enneigés et de forêts. Pucon, au bord du Lago Villarica est une petite station balnéaire avec pour attrait les thermes, le rafting et la montée au volcan Villarica. On aimerait bien le gravir ce magnifique volcan fumant, mais le prix est excessif par rapport au temps de l'ascension et des dizaines de gens grimpent en file indienne...

image

image

        Nous louons une voiture pour deux jours avec l'intention de dormir dedans, comme on l'a souvent fait dans les pays chers. Nous partons vers la frontière en espérant sortir de la forét pour voir les montagnes au loin. On n'est pas déçus, car on s'approche du volcan Lanin qui se trouve juste à la frontière. On le reverra probablement quand on sera en Argentine. Les arbres alentours sont magnifiques, ce sont des conifères assez particuliers, les araucarias d'où le nom de la région.

image

image

image             Puis, de retour à Pucon, nous prenons la piste qui va vers le volcan Villarica. On est obligé de finir à pied, car de gros trous nous empêchent d'aller plus loin. On aurait dû louer un 4/4 ... Par endroit il y a des couches de cendres énormes. Dommage pour l'instant il ne fume plus! 

image

image

image

          Nous reprenons la route vers le nord pour essayer de voir le volcan Llaima ( 3125 m) aperçu depuis le bus. C'est l'un des volcans les plus actifs du Chili. En 2008, il a craché un geyser de lave de 300 m de haut et provoqué une traînée de fumée de 20 km de long. Mais il est tard et il faut trouver un endroit tranquille, dans un village, pour dormir dans la voiture. On avise deux voitures garées en épis devant une petite épicerie. Pourquoi pas là? JL veut demander à la dame si on peut dormir là, mais auparavant il lui dit " dormir aqui en el pueblo? " , " Si, si, aqui en ma casa". Il n'est plus question de dormir là dans la voiture. Le prix étant très raisonnable, nous nous installons dans un grand dortoir de 6 lits. En fait la patronne gère un petit hôtel pour les bûcherons, mais ils sont peu nombreux ce soir. De toute façon, on dormira mieux que dans la voiture.

         Au reveil, le ciel est couvert de brouillard, espérons que ça va se lever. Petit à petit nous apercevons des trouées bleues dans le ciel, bon, peut être qu'on verra quelque chose. Et le voilà ce fameux volcan avec une calotte de nuages à son sommet. Peu avant d'arriver au parc national Conguillio, nous voyons une ancienne coulée de lave avec de gros blocs. Au moins on aura vu ça! Le ciel se dégage de plus en plus, on est ravi. Le magma accumulé depuis des années ( 35 éruptions violentes depuis 1640 ) a façonné un somptueux paysage lunaire.

image

image

image

          On continue la piste jusqu'à un lac d'où l'on voit d'autres montagnes lointaines, mais le ciel recommence à se cacher. Nous faisons une petite balade à pied dans les cendres avant de repartir vers Villarica. 

image

image

image

          Comme on a encore du temps, nous descendons cette fois plus vers le sud, jusqu' au lac Calafquén. Mais le temps se gâte de plus en plus êt au bord du lac nous avons meme froid. Dormir dans la voiture ? Dur, dur... Rentrer sur Pucon? Peut être pas de chambres disponibles, il est trop tard. Nous interrogeons un passant pour demander un " hostal économico". Et nous trouvons encore une chambre, non pas dans un hôtel, mais dans un gîte pour ouvriers. Le lendemain nous rendons la voiture, et traînons à Pucon au bord du lac.

image

image

image