Tranquillement, nous continuons à descendre vers le sud du pays. La plupart des voyageurs, prennent des bus de nuit, et roulent parfois plus de 20 heures. On préfère voyager de jours pour voir le paysage, même si c'est toujours le même... le désert.

      Notre première étape est la grande ville portuaire, Antofagasta. 5 heures de bus depuis San Pedro, 5 heures de désert avec une petite variante. Il y a sur le trajet, de nombreuses mines de cuivre ou de bronze. Nous trouvons un petit hôtel bien sympa, Juliette, la patronne nous accueille à bras ouverts et nous embrasse tellement elle est contente de recevoir des étrangers. Petite balade vers le port, la plage et le centre ville où beaucoup de monde circule dans les rues piétonnes.

image

image

image

image

image

image

image           Peu après Antofagasta nous apercevons la gigantesque main de granit réalisée par un sculpteur. La deuxième ville est Copiapo, plus à l'intérieur des terres, et on commence à voir un peu de verdure, c'est presque la fin de ce grand désert d'Atacama. Ville plus petite mais encore très animée. La place est bien verte avec des poivriers centenaires. L'église a un clocher en bois construit sur trois niveaux. Ici, c'est la dame de la petite épicerie locale qui est contente de nous avoir comme clients. Elle se fait prendre en photo avec nous...

image

image

image

image

image

       La dernière étape de ces trois jours de route, est La Serena. Sur le parcours nous commençons à retrouver de la végétation, des cactus et des grosses touffes d'herbes un peu comme dans l'altiplano. Pendant ces longues journées nous avons parcouru environ 1200 km. Nous approchons du milieu du Chili. La Serena est en bord de mer, mais le centre ville est loin de la plage. Il nous faudra une demi heure pour y aller. Petite marche sur cette immense plage sans grand intérêt. 

image

image

image

image