Dès 8h nous avons un bus qui nous amène à San Pedro en moins de deux heures. C'est un village de 4000 habitants à 2438 m d'altitude. Ici se trouve le plus grand Salar du pays, et de nombreux volcans. Du coup c'est super touristique, et les prix sont bien majorés. On arrive à trouver une chambre pour 25000 pesos (32 €) c'est loin des prix boliviens, mais ailleurs c'est 40000 pesos et c'est complet... Nous, on est seul dans ce petit hôtel sympa avec cuisine à disposition. ( hôtel  Purilackti )

image

       Très vite on trouve un tour pour la fin d'après midi, la Valle de la Luna. Nous sommes une dizaine dans le mini bus, mais il y a une quarantaine de bus. Alors pour les photos, il faut jongler pour ne pas avoir une silhouette dessus. La Valle de la Luna est en fait une partie de la Cordillera de Sal ou montagne de sel. Elle est haute de 200 m et est très érodée. Nous parcourons des grottes où parfois on doit se mettre à 4 pattes. Ça brille pas mal par endroit, on croirait du quartz, mais c'est du sel. Plus loin il y a toujours ces rochers de sel, mais aussi d'immenses dunes de sable qui font concurrence à la dune du Pyla. Pour finir nous allons voir le coucher de soleil sur ce relief particulier.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

       Le lendemain, lever à 4 h du matin pour aller voir les Geysers de Tatio. Le RDV était devant notre hotel entre 4h30 et 5h, et ils sont venus nous chercher à 5h25. On a eu le temps de se geler.... Car ici il fait très chaud dans la journée et vraiment froid la nuit. Vers 7 h, nous arrivons sur le site, c'est super, ça fume de partout. En fait il faut y être tôt, au moment où le soleil commence à apparaitre. En effet, la nuit, la vapeur d'eau qui sort des trous gèle et forme un bouchon. Le soleil fait fondre ce bouchon qui explose comme un bouchon de champagne. Il y a aussi ici beaucoup de monde. Très vite, tout est fini, ce ne sont plus des geysers, mais des trous avec des fumeroles. On nous donne un bon petit déjeuner, au soleil, avant de repartir. 

image

 

image

image

image

image

image

image

 

        Sur le retour nous faisons différents petits arrêts. Une laguna avec plein d'oiseaux, un village où l'on s'achète une brochette de lama, et le dernier arrêt pour une explication géologique très bien faite. Pour cela, le chauffeur fait un croquis sur la vitre du van et on a droit à un véritable cours. On apprendra ainsi que le désert d'Atacama que l'on situe ici dans la région, est en fait toute cette zone désertique depuis la frontière du pays au nord ( et même avant, je pense depuis Lima ) jusqu'à presque Santiago. Ici, ce n'est pas un désert, c'est le salar d'Atacama, où il y a beaucoup de vie. Des oiseaux principalement et les camélidés habituels qu'on voit depuis un moment.

image

 

image

image

image

image