Après La Serena, il y a encore un bon bout de route à faire pour arriver à Valparaiso. Le paysage cette fois est semi-désertique avec des arbustes et des touffes d'herbes. Ondulante, décrépite, colorée et poétique, Valparaiso est un merveilleux chaos. Il y a des dédales de ruelles dans tous les sens, des escaliers à moitié défoncés, et bien sûr des tags partout, sur les murs, les portes ou ailleurs.

image

         Nous dormons à " la bicyclette" un petit hôtel tenu par Gilles un Français très sympathique, mais aussi très bavard. Nous allons en faire des kilomètres à pied pendant ces deux jours. Entre les nombreuses collines, le bord de mer, le port, le centre ville et ses nombreuses places, les cimetières et l'ancienne prison. 

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

         Le dernier jour, nous faisons une petite excursion sur la côte au sud de Valparaiso. Nous allons en collectivos au microscopique port de Quintay. Nous traversons des forêts d'eucalyptus et de pins, parfois on se croirait dans les Landes. Belle balade dans les rochers et sur le bord de mer.  

image

image

image

image

           De retour en ville, nous prenons un train pour rejoindre Viña del Mar. Propre et ordonnée, cette ville contraste fortement avec le charmant fouillis de Valparaiso. Un petit tour sur la plage où nous nous baignons dans l'eau bien froide, mais il faut bien marquer le coup, d'autant plus que c'est le dernier endroit, plus au sud, ce sera encore plus dur....

image

 

image