Les baroudeurs autunois

19 mars 2019

Deux jours à Rio pour visiter les lieux mythiques ( 11 et 12 mars)

 

          Pendant ces deux jours, nous allons pas mal marcher. On en a fait des km à pied et en pleine chaleur. On a pris aussi le métro, des bus et des taxis Uber. Tout d'abord nous allons à la plage mythique de Copacabana. Nous sommes lundi matin, il y a peu de monde. Pas trop envie de se baigner, les rouleaux sont énormes et le drapeau rouge nous en dissuade. Des marchands d'habits, de boisson, de nourriture déambulent sur la plage. C'est ainsi que j'achète un beau paréo, et qu'on se paye un Caipirinha, la boisson typique brésilienne. Nous marchons au bord de l'eau jusqu'à une extrémité, et revenons en marchant sur le beau trottoir couvert de mosaïques blanches et noires en forme de vagues

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

           Nous montons en petit train au Cristo Redemptor de Corcovado. C'est aussi un lieu mythique de Rio. Le ciel est brumeux et il y a beaucoup de monde. Et les selfies vont bon train, certains s'allongent au sol sur le dos pour prendre leur copine les bras en croix comme le Christ.... De là on a vraiment une vue magnifique sur toute la baie.

image

image

image

image

image

image

        Le dernier endroit à ne pas louper à Rio est le " pain de sucre ". Ce double rocher où l'on grimpe en téléphérique. Dommage que le ciel ne soit pas vraiment pur, il y a souvent des passages de nuages. Au loin on aperçoit le Christ à travers la brume.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

 

Posté par mounyetpapyluc à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Premiers pas à Rio ( 9 et 10 mars )

          Le 8 mars, nous quittons notre poussada vers 10h. Encore deux bus pour retourner à Florianopolis où notre gros bus est à midi et demi. La route va être longue encore une fois, car nous arrivons à Rio le lendemain vers 9h. Ce fut la nuit en bus la plus horrible, non pas à cause du froid ou du chaud, ni à cause des sièges, mais à cause d'une bande de jeunes Israéliens qui occupent les trois quart du bus. Ils parlent fort, crient même parfois, se tiennent mal, sont sans arrêt debout pour aller discuter avec un copain ou un autre, et laissent leurs déchets partout. Bien sûr il y a des moments de calme où ils dorment, mais dès que le bus s'arrête dans une gare, ils sortent en faisant du bruit pour aller assouvir leur soif de tabac...  Ce n'est pas la première fois qu'on tombe sur ces groupes d'Israeliens. Dans les auberges de jeunesse, c'est la même chose, le bruit, la saleté etc.. Ils se croient seuls en terrains conquis. On a appris qu'ils avaient des bourses avant leurs études pour faire des voyages, c'est pour ça qu'il y en a beaucoup en Amérique du Sud. Heureusement quand ils sont seuls, mais c'est très rare, ils sont agréables. On a même été pris en stop par un couple.

image

          Bon, nous voilà enfin arrivés à Rio. Selon notre habitude, nous n'avons rien réservé. En bus nous allons dans le quartier du centre et après deux ou trois échecs, nous trouvons un grand hôtel sympa et a un prix raisonnable. Le coin n'est pas folichon, mais nous trouvons deux petits restaurants au poids où nous irons dîner régulièrement. 

            La première escapade dans la ville est pour aller voir le Sambadrome et les nombreux chars qui sont exposés avant la dernière parade du soir. Nous pensions arriver ici après le carnaval, mais c'est le dernier jour aujourd'hui 9 mars. On se renseigne pour le prix des billets, mais il n'y a plus de places. 

image

image

image

image

image

           De notre fenêtre, on voit les gens légèrement déguisés se rendre à la fête. Notre voisin de chambre participe au défiler sur le char tortue, on le voit dans sa tenue, c'est marrant. Vers minuit nous sommes réveillés par une musique et un bruit de foule. Tout un groupe de gens en tenue très légère passe sous nos fenêtres, ils sont presque tous avec une bière à la main.... C'est ça aussi le carnaval de Rio.

image         

            Le lendemain nous allons tout d'abord dans le quartier de Lapa. On passe sous un ancien aqueduc sur lequel circule un petit train. Puis l'escalier Selaron très touristique. Il a la particularité d'avoir des contre marches recouvertes de carreaux de faïence. Les bas côté également. Les couleurs dominantes sont le rouge et le jaune. 

image

image

image

           En nous dirigeant vers la côte, nous tombons sur un marché du dimanche le long d'une route. Stand à même le sol au début, style brocante, puis les légumes, les poissons, les poulets, pour finir par les petits restaurants. C'est là d'ailleurs qu'on va manger à midi avec une chope de bière. Certains Cariocas ( habitants de Rio) jouent de la musique et d'autres dansent, un peu bourrés....

image

image

image

image

image

          Nous nous baladons jusqu'à la plage de Flamengo et une petite marina dans le quartier Gloria.

image

image

image

        Nous rentrons toujours à pied ce qui permet de rencontrer la population un peu éméchée en cette fin de carnaval. Les groupes faisant encore la fête sont nombreux. Nous faisons un peu "tâche" dans notre tenue normale de simples touristes à côté des fêtards, des gens en petite tenue de plage et des balayeurs des rues dans leur combinaison orange...

image

image

image

image

image

 

Posté par mounyetpapyluc à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2019

Florianopolis (6,7 et 8 mars)

         Encore une nuit dans le bus pour rejoindre Florianopolis, un joli coin sur la côte brésilienne. Cette fois je sors mon duvet et ma polaire pour être sûre de ne pas me geler à cause de la clim. Surprise! Sur chaque siège il y a un petit coussin et une couverture comme dans les avions. Le duvet va donc rester dans le porte bagages d'autant plus que la clim n'est pas forte du tout. On est un peu serré mais ça va à peu près.

image

         Florianopolis est une ville sans grand intérêt, ce qui est bien c´est la presqu'île qui est très découpée. On nous indique un village avec des hôtels pas chers. Nous prenons deux bus pour y aller, c'est un peu long car il y a beaucoup de circulation. En effet, nous trouvons une " poussada" c'est à dire un petit appartement avec une chambre, pour moins cher qu'à Montevideo pour un dortoir pourri.

image

image

image

image

image

           Le petit village, Barra del Lagoa est très sympa avec une rivière qui rejoint un lac un peu plus loin et une plage bourrée de monde en cette fin d'après midi. Pour diner, nous trouvons un restaurant buffet au poids. On choisi ce qu'on veut et on pèse l´assiette. Comme ça on n'a pas de surprise et on mange selon son appétit. Le seul inconvénient, c'est que tout se mélange dans l'assiette, crudités et plats chauds qui sont d'ailleurs rarement chauds... On avait déjà été dans ce genre de restaurants à Iguazu. 

         Le matin comme nous nous réveillons toujours un peu tôt, nous profitons de la plage seuls ou presque. Une jolie balade dans la forêt nous permet d'atteindre une zone de rochers formant une piscine naturelle. Bon, on a vu mieux aux Açores!

image

image

image

image

image

image

image

          En fait, cette presqu'île est immense avec plein de petites criques et plages. Pour la visiter d'une manière plus approfondie, il faudrait une voiture, et s'arrêter un peu partout au niveau des points de vue. Quoique vu le nombre de voitures sur la route et les maisons alentour, je ne sais pas si ce serait l'idéal...

 

 

 

 

Posté par mounyetpapyluc à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2019

Montevideo (3,4 et 5 mars)

          Nous arrivons à Montevideo, la capitale de l'Uruguay, vers midi. La gare routière est immense, sur plusieurs étages dont deux faisant galeries marchandes très chics. Un taxi nous amène à l'hôtel qu'on a réservé à cause des vacances et carnaval qu'on n'a toujours pas vu d'ailleurs... La vie dans ce pays est vraiment très chère, la chambre à 30 € est un dortoir ( on le savait en réservant ) et c'est le foutoir monstre. Il y a des gens et des sacs  partout dans des dortoirs sombres. On a encore failli être séparés ( ça ce n'était pas prévu) puis finalement ils nous ont mis ensemble. Au Chili, on trouvait des prix identiques, mais pour des chambres avec salle de bain. 

image

          Pendant ces trois jours, nous faisons beaucoup de km à pied en essayant d'aller un peu dans tous les quartiers. Nous verrons ainsi la fontaine aux cadenas, plusieurs petites places et bien-sûr la grande place de l'Independance. Ce beau bâtiment a été un hôtel luxueux avant d'être transformé en appartements. Au milieu de la place, le libérateur trône sur son cheval. En dessous se trouve un panthéon où ses restes sont bien gardés par deux gardes. Quand on entre, on ne sait pas si ce sont des vrais ou des faux...

image

image

image

image

image

image

        Nous avons été jusqu'à une pointe avec un phare pensant l'endroit joli. En fait c'est complètement abandonné, et sert de RDV galant, car par terre on trouve des quantités incroyables de capottes... De nombreux chats aussi traînent dans le coin. En revenant le long de la côte, on s'est payé une sacrée averse, et on est rentré trempé à l'hôtel.

image

image

 

image

 

image

image

           Un dernier endroit est le marché près du port. Ici ce ne sont pas des poissons qui sont vendus, mais des restaurants de viande grillées. Vu les prix affichés, on ne s'y est pas attardé. 

image

image

          Voilà pour notre séjour en Urugay. Nous pensions rester un peu sur la côte, mais ce ne sont que des villes avec immeubles derrière les plages. Aucun intérêt pour nous. Donc nous rejoignons le Brésil pour nous arrêter à Florianopolis.

 

Posté par mounyetpapyluc à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2019

Colonia del Sacramento ( 2 mars )

        Donc ce matin nous nous installons dans notre nouveau logis. Une auberge de jeunesse avec la musique à tue-tête, beaucoup de monde et de bruit. Nous visitons cette petite ville mignonne, mais rien d'extraordinaire. Sa place avec une jolie fontaine, sa petite marina et surtout le vieux quartier avec ses rues pavées. La "rue des Soupirs" avec ses gros pavés de taille et de forme irrégulières a un certain charme et de nombreuses légendes sont rattachées à cet endroit.

image

image

image

image

image

         Pour ajouter à l'ambiance désuète, de vieilles voitures jalonnent les ruelles.

image

image

 

 

 

 

 

 

Posté par mounyetpapyluc à 01:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Buenos Aires (suite) et arrivée en Uruguay ( 1er mars )

         Aujourd'hui nous allons encore changer de pays, l'Uruguay est notre prochaine destination. Le bateau étant en début d'après-midi, nous avons le temps de visiter encore un peu cette belle capitale. Le quartier de La Boca et plus particulièrement le Caminito qui comprend trois à quatre rues touristiques. Les maisons ici sont  très colorées, et il y a des personnages aux balcons ou dans les rues, des  footballeurs connus et même le pape. De nombreux restaurants, cafés et boutiques à touristes. Nous y arrivons assez tôt avec tous nos bagages, car le bateau est un peu plus loin dans ce quartier. Donc on se balade avec nos gros sacs, on ne passe pas inaperçu d'autant plus qu'à cette heure là, nous sommes encore les seuls touristes.

image

image

image

image

image

image

image

        Il faut être au bateau deux heures avant son départ, car il y a la douane à passer. Puis deux heures de navigation nous amène de l'autre côté du Rio de la Plata, à Colonia del Sacramento.

image

image

image

   C'est une ville touristique, au moment du carnaval et tout est très cher et complet. On trouve un hôtel bien mais que pour une nuit. On est en petits dortoirs, mais séparés, un dortoir pour les filles et un autre pour les garçons. Un petit tour le long de la côte nous permet d'assister à un magnifique coucher de soleil. Pour se restaurer, ce n'est pas évident, pas du tout dans nos prix habituels. On a trouvé un autre hôtel pour demain, encore en dortoirs, mais moins luxueux et forcément moins cher. 

image

image

image

image

image

 

Posté par mounyetpapyluc à 00:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mars 2019

Buenos Aires (26, 27 et 28 février)

          Comme nous avons de l'avance sur le projet initial, nous allons à Buenos Aires, ville non prévue au départ. Puis nous traverserons l'Uruguay. Nous quittons Puerto Iguazu dans l'après-midi, pour encore 20 heures de bus. Nous avons des sièges camas, mais je ne vais pas dormir mieux pour autant, bruit et froid dus à la climatisation. C'est sûr, la prochaine fois, je sors mon duvet... Nous arrivons en fin de matinée ce mercredi 27 février, la gare routière est immense, sur plusieurs étages. On prend un taxi pour se rapprocher du centre, c'est plus facile pour les deux jours de visite prévus. Nous trouvons un hôtel sans trop de difficultés dans le quartier de Monserrat.

image

        L'après-midi nous faisons une première incursion dans la ville en allant sur l'avenue de Mayo. Surprise, il y a une manif pacifique. Renseignements pris, c'est une manif des agriculteurs, comme chez nous. Nous arrivons à la Plaza de Mayo où se déroulent souvent des manifestations et passons devant le palais du gouvernement, la Casa Rosada, fermée aujourd'hui à cause de la manif. Au loin, nous apercevons de grands immeubles qui se dressent derrière le port.

image

image

image

image

image       

           Le lendemain nous retournons à l'assaut de la ville. Nous traversons différentes rues avec d'anciennes maisons, un peu comme à Paris, des places, et nous allons sur le port, à Puerto Madero se renseigner pour notre prochaine étape.

image

image

image

             Nous voulons aller en bateau à Colonia del Sacramento en Uruguay de l'autre côté du Rio de la Plata. Les prix annoncés sont exorbitants, 100€ chacun pour une traversée d'une heure... Nous décidons donc d'aller en Uruguay en prenant un bus qui doit faire tout un détour. Bien moins cher évidement, mais 8 heures de transport...

image

image

          Bon, en attendant notre décision nous continuons à arpenter les rues de la ville. Nous nous reposons dans un petit parc, la Plaza Francia, où il y a une dizaine d'énormes arbres dont le nom n'est pas indiqué. Nous voilà maintenant au cimetiere de la Recoleta, un peu comme celui du Père Lachaise à Paris, qui abrite les tombes de personnages argentins illustres telle que celle d'Eva Peron.

image

image

image

        Au retour, nous traversons la Plaza Lavalle, avec son palais de justice, et le Theatre Colon, l'un des théâtres lyriques les plus prestigieux au monde. Puis l'obélisque sur la Place de la République et enfin, bien crevés, nous retournons dans notre quartier. Au passage, on voit une pauvre petite église complètement serrée entre deux grands immeubles.

image

image

image

image

       A l'hôtel, nous trouvons une solution pour rejoindre l'Uruguay. En fait il y a une autre compagnie de bateau moins chère que la première. Et nous pouvons prendre le billet directement de l'hôtel. C'est parfait. Nous voulions rester un jour de plus pour continuer les visites, mais le bateau sera plus cher, à cause du week end. Donc c'est decidé nous ferons cette traversée demain après-midi, et nous pourrons nous balader encore le matin.

        Dans notre hôtel il y a partout des peintures sur les murs. En voici quelques exemples.

image

image

image

 

Posté par mounyetpapyluc à 01:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mars 2019

Les chutes d'Iguazu (24 et 25 février)

         Ces chutes, mondialement connues, peuvent se voir du côté brésilien comme du côté argentin. Bien sûr on va faire les deux. Nous quittons Ciudad del Este, donc également le Paraguay, pour traverser Foz de Iguazu et arriver en Argentine à Puerto Iguazu. Installation dans un hôtel, avec piscine, avant de repartir voir les chutes du côté brésilien. On passe et repasse des frontières aujourd'hui, mais ça va assez vite. Enfin nous voilà devant cette splendeur de la nature. On pense à la personne qui a découvert ce site grandiose...

image

image

image

            Un sentier offre un panorama fabuleux sur l'ensemble des chutes. Une passerelle chemine au dessus de l'eau jusqu'au pied de la Garganta del Diablo qu'on peut dominer grâce à un ascenceur. L'ensemble est vraiment magnifique d'autant plus qu'on profite d'un beau temps.

image

image

image

image

image

image

image

image

            Le lendemain nous faisons le côté argentin. C'est plus long, plusieurs circuits sont prévus. Il ne fait pas très beau ce matin, on est inquiet, et on emporte la cape de pluie au cas où... Un bus nous dépose vers 9h devant l'entrée, et là, l'horreur, une foule de gens fait la queue, surtout des groupes. Bon il va falloir faire avec! L'achat des billets va relativement vite, mais ensuite on refait la queue pour rentrer dans le parc, puis encore pour prendre le petit train qui nous amène au circuit supérieur. Nous devons alors faire presque deux kilomètres sur une passerelle où les gens n'avancent pas, les groupes essentiellement. C'est odieux! Tant bien que mal nous arrivons à doubler les gens, mais on est gêné par ceux qui viennent en sens inverse. Nous arrivons enfin à la Gorge du Diable. Difficile de prendre des photos, d'une part à cause du monde et d'autre part à cause de la bruine due aux cascades.  

image

image

image

image

        Pour revenir du circuit supérieur, nous avons deux possibilités, soit reprendre le petit train, donc encore la queue, soit retourner au depart à pied, c'est ce que nous choisissons. Sur 3 km, nous suivons la voie ferrée, et rejoignons le départ du circuit intermédiaire.

image

image

image

           Une petite halte pour boire une bière, et observer des coatis qui cherchent par tous les moyens à attraper des choses dans les sacs des gens. Nous faisons ensuite le circuit inférieur qui est pour nous de loin le plus beau d'autant plus qu'il y a beaucoup moins de monde, normal il y a des escaliers... Au fond, près des cascades on aperçoit des bateaux. Le grand jeu est d'aller sous la cascade très vite, ils font plusieurs tentatives. Le ciel se couvre de plus en plus, et nous recevons quelques gouttes. Heureusement que nous avons les capes de pluie, car maintenant c'est une grosse averse. Nous courons  pour rejoindre le point de départ du bus. Cette pluie est en même temps la bienvenue, car ça rafraîchit l'atmosphère.

image

image

image

image

image

image

image

            Au cours de la balade, nous avons vu plusieurs fois ces beaux oiseaux noirs et jaunes.

image

image

 

Posté par mounyetpapyluc à 00:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 février 2019

Ciudad del Este ( 22 février )

      Nous prenons un bus vers 9 h ce matin pour se rapprocher des fameuses cascades d'Iguazu. Il faudra 6 heures pour arriver dans cette ville frontière. Ciudad del Este est la ville franche côté Paraguay. Nous sommes ici à la limite de trois pays, Paraguay, Brésil et Argentine. Comme à Asuncion, nous trouvons un hôtel pas loin de la gare, ce n'est pas plus mal pour les visites le lendemain. Dans un boui-boui nous mangeons de la viande grillée, trop cuite, comme c'est souvent le cas en Argentine et ici. La bière au Paraguay est toujours servie dans un seau rempli de glaçons, avec les verres dessus.

image

image

image

image

        Ici il n'y a rien à visiter à part l'immense barrage d'Itaipu. Nous y sommes en une petite heure après avoir pris deux bus. La visite elle même se fait en bus avec un arrêt à un mirador. Ce barrage a fini d'être construit en 1982, sur le Rio Parana, entre le Brésil et le Paraguay. Il mesure plus de 7000 m de long et 196 m de haut. Il possède 20 turbines en activité et a une production annuelle de 93000MW. Ce barrage est la plus productive des usines hydroélectriques du monde. 5% de sa production fournit l'électricité du Paraguay, et le reste, 20% de celle consommée au Brésil. Dommage, on a vu juste une petite sortie d'eau. ( je mets à la fin une photo quand beaucoup d'eau est déversée)

image

image

image

image

image

image

image

        Après la visite du barrage, nous allons au centre ville. Comme c'est une zone franche, tout est moins cher. J'achète un appareil de photos, le mien ne marchant plus depuis Salta. Je faisais les photos avec ma tablette, pas des plus facile... Nous voilà donc devant la boutique et je fais des essais en prenant JL. De retour dans la chambre, voici sà position quand il est sur son ordi.

image

image

 

 

Posté par mounyetpapyluc à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2019

Visite d'Asunción ( 21 février )

        Nous prenons un bus de ville ce matin pour aller visiter le centre. Ces bus ressemblent un peu aux bus du Guatemala, très colorés. Nous traversons de pauvres quartiers et notamment le marché qui grouille de monde.  image

        1ère visite, une place partagée en quatre petites places, place de la Liberté avec son héros libérateur, place de la Démocratie envahie par une foire artisanale, place du Panthéon où sont deposés les corps des héros, et place de la Vierge en travaux.

image

          Je n'ai pas encore parlé des Argentins, et maintenant des Paraguayens, qui boivent à longueur de temps des infusions de yerba maté, une plante cultivée dans le nord. Ils se deplacent toujours avec leur thermos d'eau chaude, leur jolie tasse à maté et la bombilla, une pipette à trous qui évite d'aspirer les feuilles. Ici au Paraguay, les thermos sont énormes, et souvent decorés avec du cuir. On en a goûté une fois, rien de bien terrible, on boit une gorgée de ce breuvage sucré et on passe la tasse et la bombilla à son voisin... On a l'impression que pour certains, c'est comme une drogue. Est ce pour remplacer la cigarette?

image

image

          Quand nous arrivons à la place du Panthéon, c'est le moment de la relève des deux gardes qui se tiennent pendant des heures face à face. Comment font ils pour ne pas rire ou se parler?

image

image

image

        Sur notre plan de la ville, il y a plusieurs zone vertes, Plaza des Armas, place de l'indépendance etc...Quand on en approche, on est interpellé "No aqui, peligrosso", dangereux. On voit alors ces parcs envahis par des baraquements ou des baches noires en plastique servant d'abris, de véritables bidonvilles. 

image

image

        À peine plus loin il y a le Palais du Gouverneur et la place des Disparus. On y trouve 4 tombes de personnes disparues en 1977 lors d'une dictature et retrouvées en 2016. Une trentaine d'autres sont encore recherchées.

image

         Les rues et les maisons sont en mauvais état. Souvent de vieilles bicoques côtoient des immeubles tout neufs. Les gens nous regardent, ils nous deshabillent de la tête aux pieds. On sert bien fort nos sacs et appareils de photos. C'est sûr, on se sent moins en securité qu'en Argentine ou au Chili.

image

image

image

       Pour finir notre visite, on va voir la place Uruguaya où on trouve un coin tranquille à l'ombre pour se reposer un peu, puis on rentre à l'hôtel. Cette ville nous laisse une impression de pauvreté et de désolation.

image

 

 

Posté par mounyetpapyluc à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]