Le trajet d'Arica à Iquique se fait sans encombre, mais il faudra 5 heures pour faire les 310 km. Le paysage n'est pas très varié, toujours le même depuis Arequipa, désert, désert et désert.... Nous traversons deux rivieres qui nous permettent d'avoir quelques virages dans cette étendue infinie, et un peu de verdure. Le plus étonnant, c'est quand on arrive sur la mer. On est sur un plateau désertique à 1000m environ d'altitude, et tout d'un coup on descend jusqu'à la mer avec de belles vues sur la ville.

image

image

image

image

image

         Iquique est une grande ville de 180000 habitants avec de grands immeubles. Nous nous baladons sur les plages, mais nous ne nous baignons pas, l'eau est trop froide à cause du courant Humboldt. Un petit tour vers un port de pêche nous permet de voir de nombreux oiseaux, mais aussi des phoques qui attendent qu'on leur lance des poissons. Il y en a même un qui me crache à la figure...Le centre ville n'a rien d'extraordinaire, quelques places et une grande rue piétonne. C'est d'ailleurs là, dans un des nombreux restaurants, que je fête mon anniversaire. 70 ans, ce n'est pas rien, et j'essaie au maximum de profiter des prochaines années. Au menu, un grand plat de fruits de mer en sauce, accompagné d'un vin chilien.

image

image

image

 

image

          Ce samedi 1er décembre, nous avons un bus à 10h 30 à la gare routière. Comme on a le temps, on y va à pied, sans se presser. À 9h, en arrivant, on nous dit qu´il faut aller dans une autre gare, et que de toute façon il n'y a plus de place dans le bus. Une autre compagnie, nous donne un billet pour 15h, dans une autre gare également. Bon, on n'a plus qu'à y aller tranquillement et attendre. On peut laisser nos gros sacs dans un coin et on va se balader au centre ville en attendant. C'est le jour du téléthon, il y a beaucoup de monde, la place principale est envahie, et il y a une musique qui nous abrutit. Nous trouvons un petit restau à l'écart où nous passons deux heures. Retour à la gare, on apprend qu'il y a un autre bus à 13 h 30. Les nuls ils auraient pu nous le dire.... Bon bref, à 15h on demarre et on arrive à Calama à 21h. Heureusement on trouve rapidement un hôtel et on se couche sans manger, car on est fatigué de ces attentes interminables.

image

image