Pour aller plus au nord depuis Valle Fertil, nous devons donc redescendre vers le sud... Très logique! Le bus pour San Juan n'étant qu'à 14 h, avec Antony et Léa, nous decidons d'aller voir ce petit lac non loin de la ville. Nous en faisons le tour, c'est une balade bien agréable malgré la chaleur. A un détour de chemin nous découvrons une énorme vipère morte, probablement tuée à coups de bâton. Espérons qu'il n'y en ait pas d'autres....

image

image

image

        Puis nous retournons manger chez " Lili " un petit boui boui très sympa, avant de prendre le bus pour San Juan.

image

        A San Juan, nous descendons au même hôtel que la dernière fois avec nos amis, puis allons dîner ensemble une dernière fois. Eux continuent leur voyage vers le sud, et nous on essaie d'aller plus au nord. 

image

          Plutôt que de s'arrêter à La Rioja où il n'y a rien à faire, on préfère prendre un bus directement jusqu'à Salta. Comme il ne part qu'à 15h nous restons dans le hall de l'hôtel à faire le blog et le journal de bord. 

          Le paysage n'étant pas terrible, il n'y a plus qu'à dormir pendant ces 17 heures de voyage.  JL sommeille tout l'après midi pendant que je relis pour la nième fois le guide d'Argentine ou que je regarde les films débiles qui passent à la télé. Vers 9h, après la Rioja, j'avise une double place vide, et m'y installe. Je fini par m'endormir mais je suis réveillée à chaque arrêt. Heureusement car à Tucuman, il est 3h du matin, je vois deux personnes monter dans le bus. Je suis à leur place... Je dois donc à toute vitesse prendre sac, chaussures, lunettes, pull et polaire, pour rejoindre JL qui dort profondément et qui s'est un peu étalé. ( pourquoi pull et polaire? Car il fait toujours froid dans ces bus à cause de la clim, et ça peut aussi servir d'oreiller.) Tant bien que mal je me rendors jusqu'à 7 h du matin où on s'arrête au milieu de nulle part. Des bagages sont sortis du bus, nos sacs en particulier. Heureusement qu'on est du bon côté pour le voir. On s'interroge, on interroge les voisins " es Salta aqui? " , " no" nous répond t-on. Donc on se rassoit, mais les sacs sont seuls maintenant sur le trottoir. JL va se renseigner. Vite il faut qu'on sorte de ce bus pour monter dans un autre afin de faire les derniers kms pour Salta. J'enfile en vitesse mes chaussures sans les lacer, prends sous le bras tout mon chargement, récupère mon gros sac, et monte dans l'autre bus. On vérifie, a t-on bien toutes nos affaires? "Ma casquette, j'ai oublié ma casquette " dit JL. Heureusement l'autre bus n'est pas encore parti et il récupère sa casquette. C'est incroyable, personne ne nous avait prévenu de ce changement de bus... Enfin, bien fatigués, nous arrivons à Salta.