Nous quittons La Paz qui est quand même une ville assez spéciale, "époustouflante" disait une amie venue il y a peu de temps ( elle se reconnaîtra). En 3 h 30 nous sommes à Copacabana cette ville très touristique située sur la rive bolivienne du lac Titicaca, à 3800m d'altitude. Il n'y a que des hôtels, des restaurants et des touristes... Petite balade au port et en bord de plage. En fin de journée, JL grimpe sur la butte à côté pour voir le coucher de soleil. 

image

image

image

image

image

    Le lendemain, je reste dans la chambre ayant attrapé un gros rhume avec toux et mal de tête. JL part donc seul faire une balade vers le nord. Il en profite pour marcher très vite... Et il revient à temps pour assister à une fête, la fête des fleurs semble t-il. Sur les trottoirs, des femmes vendent des pétales de fleurs de couleurs blanches et rouges majoritairement. Celles qui les achètent les déposent sur la chaussée, à partir de l'église en faisant des figures, elles les installent avec des petits balais. L'intérieur de l´église est elle même décorée de fleurs magnifiques. La cérémonie commence par le prêtre et les enfants de cœur, plusieurs personnes portent une énorme Vierge, des musiciens suivent, puis le peuple endimanché. Il y a aussi un défilé de voitures decorées avec des fleurs, des fruits ou des légumes. Tous les beaux tapis de fleurs sur la chaussée sont vite dévastés. Tout le monde arrive au port, et embarque dans les bateaux. Ils ne vont pas très loin, ils vont sûrement jeter des fleurs dans le lac... Beau coucher de soleil le soir.

image

image

image

image

image

image

image

image

       Le lendemain, je vais un peu mieux, et il faut bien qu'on aille voir cette fameuse île dont tout le monde parle, la Isla del Sol. Nous embarquons environ une cinquantaine de touristes et quelques locaux pour faire la traversée jusqu'à l'île. Le village où nous arrivons est très haut sur la colline, et il faut grimper par des chemins de pierres ou des escaliers, comme les anciens chemins des Incas. Je souffle et je souffre...  Heureusement qu'on a changé d'avis et qu'on n'a pas été y dormir, car avec les gros sacs, bonjour la galère... On monte jusquà un mirador où on voit la partie nord de l'île qui n'est plus accessible à cause d'un conflit ethnique. Le paysage est en effet très beau, mais rien de vraiment exceptionnel. Nous nous arrêtons dans un restau pour manger notre troisième truite en trois jours. De retour en ville, la fête continue et bat son plein avec des feux d'artifices et de la musique extrêmement forte. Boules Quies obligent ce soir, comme depuis qu'on est là d'ailleurs. On comprend pourquoi nombreux touristes préfèrent dormir sur l'île.

image

image

image

image

image

image

image