Finalement nous optons pour le bus. On nous amène le matin et nous ramène le soir, mais il ne faut pas le louper, sachant que la balade dure de 8 à 10 heures. Il ne fait pas bien beau ce matin, mais comme le billet est pris, nous partons quand même. La route qui dure 1h et demi pourrait être belle, mais le ciel est trop couvert. 

image

        Arrêt à l'entrée du Parc National pour payer. On est ahuri par le prix, 21000 pesos chiliens, ce qui correspond à presque 30 euros, et les Chiliens ne payent que 6000. C'est vraiment une usine à touristes ce parc, et malgré le prix élevé, tout le monde y va, nous les premiers. Bon, nous partons faire notre balade, malgré le mauvais temps et le prix. Ça ne peut pas être toujours parfait...

image

image

image

image

image

image

            Au bout de deux heures environ, nous arrivons au refuge, après avoir essuyé quelques petites averses peu importantes. Par moment le soleil est de la partie, mais ça ne dure pas bien longtemps. Juste quand on allait repartir après une petite pause, une averse s'abat sur nous, nous obligeant à nous réfugier dans la cafétéria du refuge. Puis, nous enfilons nos capes de pluie, et repartons. Encore quelques averses nous font hésiter à continuer, mais finalement on ira jusqu'au bout. On ne le regrettera pas, car le soleil est un peu revenu, et nous permet de bien apprécier ces trois magestueuses aiguilles que sont les Torres del Paine. Evidemment  il y a plein de monde malgré le mauvais temps.

image

image

image

image

image

image

         Pour la descente, ça glisse un peu et il faut faire attention. En plus j'ai oublié mes bâtons dans le bus ce matin et c'est plus difficile pour moi, les genoux trinquent... Enfin nous arrivons en bas et pouvons prendre notre bus. Tout le monde est là sauf une jeune Chilienne voisine de lit dans notre dortoir. Elle a trop traîné sur le chemin, comment va t-elle faire pour rentrer? On apprendra le lendemain qu'elle a du faire du stop, et est arrivée à l'hôtel à minuit... Au fait, j'ai retrouvé mes bâtons dans le bus, le chauffeur les avait mis de côté. Ouf, pas besoin d'en racheter.

image

image

image