Le 8 mars, nous quittons notre poussada vers 10h. Encore deux bus pour retourner à Florianopolis où notre gros bus est à midi et demi. La route va être longue encore une fois, car nous arrivons à Rio le lendemain vers 9h. Ce fut la nuit en bus la plus horrible, non pas à cause du froid ou du chaud, ni à cause des sièges, mais à cause d'une bande de jeunes Israéliens qui occupent les trois quart du bus. Ils parlent fort, crient même parfois, se tiennent mal, sont sans arrêt debout pour aller discuter avec un copain ou un autre, et laissent leurs déchets partout. Bien sûr il y a des moments de calme où ils dorment, mais dès que le bus s'arrête dans une gare, ils sortent en faisant du bruit pour aller assouvir leur soif de tabac...  Ce n'est pas la première fois qu'on tombe sur ces groupes d'Israeliens. Dans les auberges de jeunesse, c'est la même chose, le bruit, la saleté etc.. Ils se croient seuls en terrains conquis. On a appris qu'ils avaient des bourses avant leurs études pour faire des voyages, c'est pour ça qu'il y en a beaucoup en Amérique du Sud. Heureusement quand ils sont seuls, mais c'est très rare, ils sont agréables. On a même été pris en stop par un couple.

image

          Bon, nous voilà enfin arrivés à Rio. Selon notre habitude, nous n'avons rien réservé. En bus nous allons dans le quartier du centre et après deux ou trois échecs, nous trouvons un grand hôtel sympa et a un prix raisonnable. Le coin n'est pas folichon, mais nous trouvons deux petits restaurants au poids où nous irons dîner régulièrement. 

            La première escapade dans la ville est pour aller voir le Sambadrome et les nombreux chars qui sont exposés avant la dernière parade du soir. Nous pensions arriver ici après le carnaval, mais c'est le dernier jour aujourd'hui 9 mars. On se renseigne pour le prix des billets, mais il n'y a plus de places. 

image

image

image

image

image

           De notre fenêtre, on voit les gens légèrement déguisés se rendre à la fête. Notre voisin de chambre participe au défiler sur le char tortue, on le voit dans sa tenue, c'est marrant. Vers minuit nous sommes réveillés par une musique et un bruit de foule. Tout un groupe de gens en tenue très légère passe sous nos fenêtres, ils sont presque tous avec une bière à la main.... C'est ça aussi le carnaval de Rio.

image         

            Le lendemain nous allons tout d'abord dans le quartier de Lapa. On passe sous un ancien aqueduc sur lequel circule un petit train. Puis l'escalier Selaron très touristique. Il a la particularité d'avoir des contre marches recouvertes de carreaux de faïence. Les bas côté également. Les couleurs dominantes sont le rouge et le jaune. 

image

image

image

           En nous dirigeant vers la côte, nous tombons sur un marché du dimanche le long d'une route. Stand à même le sol au début, style brocante, puis les légumes, les poissons, les poulets, pour finir par les petits restaurants. C'est là d'ailleurs qu'on va manger à midi avec une chope de bière. Certains Cariocas ( habitants de Rio) jouent de la musique et d'autres dansent, un peu bourrés....

image

image

image

image

image

          Nous nous baladons jusqu'à la plage de Flamengo et une petite marina dans le quartier Gloria.

image

image

image

        Nous rentrons toujours à pied ce qui permet de rencontrer la population un peu éméchée en cette fin de carnaval. Les groupes faisant encore la fête sont nombreux. Nous faisons un peu "tâche" dans notre tenue normale de simples touristes à côté des fêtards, des gens en petite tenue de plage et des balayeurs des rues dans leur combinaison orange...

image

image

image

image

image